Author Archives: Dicoz

20 Oct. Couper la poire en deux : origines et signification

Même si le contenu sémantique de cette locution verbale n’est pas un secret pour vous, il n’est pas certain que vous maîtrisez son origine. On revient sur tout ça à travers ce billet.

Sens de l’expression

La première signification de la locution se rapporte tout simplement à la notion de partage équitable. Lorsqu’on partage quelque chose en deux parties égales, on dit qu’on coupe la poire en deux. Quand on se décide pour un compromis, cette expression permet également d’exprimer la situation.

Étymologie de la locution « couper la poire en deux »

Quand on la considère au premier degré, le sens de l’expression est facile à comprendre. Diviser une poire en deux morceaux égaux émane d’un souci de justice. Si on a la possibilité de garder le fruit tout pour soi, et qu’on décide quand même de le partager, c’est qu’on accepte de perdre une partie de ses droits au profit d’autrui.

On consent à un compromis pour obtenir un terrain d’entente. Ce qui reste à déterminer, c’est l’origine du choix de la poire et non pas de tout autre fruit. C’est dans une saynète de 1882 ayant pour titre La poire en deux que l’on retrouve un premier emploi de l’expression. Les deux personnages du sketch se sont lancé le défi de dire la plus création versifiée.

À la fin, ils s’entendent pour « couper la poire en deux » en récitant chacun, et tour à tour, quatre vers. Ce compromis fait qu’ils se séparent sans qu’aucun d’entre eux n’ait relevé le défi.

Un exemple d’utilisation

Dans le Notaire du Havre, Georges Duhamel offre à lire ce passage : « Mais non, Lucie, mais non. Il ne faut pas capituler. Il faut défendre son droit, coûte que coûte, et n’en pas démordre. − Eh bien ! Coupons la poire en deux. Je céderais pour dix mille francs ».

Voilà l’essentiel à savoir sur cette expression.

1+

Ne ratez pas

10 astuces les plus efficaces pour l’apprentissage de l’anglais

publié le 3 mai

L'anglais est l'une des langues les plus utilisées au monde. Savoir parler couramment ouvre de nombreuses portes dans le monde professionnel, pour vo...

voir plus

Pourquoi faire appel à un service de traduction professionnel ?

publié le 28 janvier

Aujourd'hui, de plus en plus d’entreprises sont internationales. Cette ouverture sur le monde les conduit à travailler avec différentes cultures e...

voir plus

Couper la poire en deux : origines et signification

publié le 20 octobre

Même si le contenu sémantique de cette locution verbale n’est pas un secret pour vous, il n’est pas certain que vous maîtrisez son origine. On ...

voir plus

6 Juin. Être sur le fil du rasoir : explication, origine et illustration

À moins d’être un funambule hors classe, est-il possible pour âme qui vive de se tenir sur le fil d’un rasoir ? À supposer même que l’objet tranchant possédât des dimensions à même de supporter le poids d’un homme ? Trêve de supputations. Voyons plutôt de quoi il est question dans cette locution.

Que veut-on dire par « être sur le fil du rasoir » ?

On utilise cet adage pour indiquer que l’on se trouve dans une situation délicate. L’insatiabilité de la position pousse inéluctablement à une suite peu confortable. Autrement dit lorsqu’on est en passe d’affronter une suite d’événements dangereux, on dit qu’on est sur le fil du rasoir.

Étymologie de l’expression

La locution est apparue en français au XIXe siècle. À cette époque, vous imaginez bien que les rasoirs tels qu’on les connaît aujourd’hui n’existaient pas, du moins pas encore. L’origine du dicton est donc à chercher ailleurs. Et c’est le latin qui nous délivre ! En effet, le terme de « fil » vient du latin filium qui désignait aux temps anciens un filament ou le tranchant d’une lame. C’est ce fil que l’on retrouve dans l’expression « sur le fil de l’épée ». Quand on se tient donc sur ce fil, il n’y a que deux conséquences, mêmement dangereuses. Ou bien la lame divise en deux l’objet porté, ou bien ce dernier tombe. Dans les deux cas, on ne s’en sort pas avec le rire ! D’où la locution qui convient pour se rapporter à une situation critique, sans issue favorable.

Un exemple pour rendre la locution encore plus claire

On surprend, sous la plume de Paul Verlaine, dans une de ses lettres écrites en 1887, ce passage : « Je vis sur une lame de rasoir, et ne comprends rien à mon espèce de sécurité ».

Il faut comprendre tout simplement que notre poète, en ces jours bien lointains, n’était pas à son aise quand il écrivit cette phrase.

1+

Ne ratez pas

10 astuces les plus efficaces pour l’apprentissage de l’anglais

publié le 3 mai

L'anglais est l'une des langues les plus utilisées au monde. Savoir parler couramment ouvre de nombreuses portes dans le monde professionnel, pour vo...

voir plus

Pourquoi faire appel à un service de traduction professionnel ?

publié le 28 janvier

Aujourd'hui, de plus en plus d’entreprises sont internationales. Cette ouverture sur le monde les conduit à travailler avec différentes cultures e...

voir plus

Couper la poire en deux : origines et signification

publié le 20 octobre

Même si le contenu sémantique de cette locution verbale n’est pas un secret pour vous, il n’est pas certain que vous maîtrisez son origine. On ...

voir plus

20 Mai. Tête de linotte : signification, étymologie et exemple

Si l’on vous a déjà traité de « tête de linotte », j’espère que vous n’avez pas pris cela pour un compliment. Ce n’est pas du tout le cas. C’est même tout le contraire. Voyons pourquoi.

Quel est le sens de cette locution ?

« Tête de linotte » sert à qualifier une personne étourdie, qui n’a pas souvent l’esprit à ce qu’elle fait. L’expression désigne également une personne sans mémoire.

Quelle est l’origine de l’expression « tête de linotte » ?

La tête, comme chacun le sait, est la partie du corps où loge le cerveau. Ce dernier organe est celui qui est à la base des activités rationnelles et mémorielles chez les hommes. Quand on dit d’une personne qu’elle possède une tête de linotte, c’est que cet individu est pourvu d’un cerveau de volume vraiment petit. Ce qui implique que les capacités cybernétiques soient drastiquement diminuées chez ce sujet.

La linotte a beau être un bel oiseau, avec une voix mélodieuse, sa tête est moins grosse que le point d’un bébé. Voilà ce qui explique dans un premier temps le sens de cette locution nominale. En outre, dans l’imaginaire collectif, la linotte, comme l’étourneau, a toujours été prise pour un animal étourdi. Et le fondement de cette croyance, c’est toujours l’idée que les oiseaux ont une psychologie futile.

Et voici un exemple d’emploi

Dans le roman Le Gros lot d’Albert Cim, on lit à la page 28 cette déclaration peu ordinaire : « C’est une tête de linotte, un brouillon, un évaltonné, qui ne songe qu’à s’amuser, à flâner, se trémousser, rouler sa bosse de droite et de gauche ! »

Utilisée dans un tel contexte, notre expression ne peut pas être plus claire.

0

Ne ratez pas

10 astuces les plus efficaces pour l’apprentissage de l’anglais

publié le 3 mai

L'anglais est l'une des langues les plus utilisées au monde. Savoir parler couramment ouvre de nombreuses portes dans le monde professionnel, pour vo...

voir plus

Pourquoi faire appel à un service de traduction professionnel ?

publié le 28 janvier

Aujourd'hui, de plus en plus d’entreprises sont internationales. Cette ouverture sur le monde les conduit à travailler avec différentes cultures e...

voir plus

Couper la poire en deux : origines et signification

publié le 20 octobre

Même si le contenu sémantique de cette locution verbale n’est pas un secret pour vous, il n’est pas certain que vous maîtrisez son origine. On ...

voir plus

17 Mai. N’en faire qu’à sa tête : quelle est l’origine de cette expression ?

Le nom « tête » est l’un des termes les plus prolifiques en matière de locutions en français. On s’intéresse dans ce billet à « n’en faire qu’à sa tête ». Que signifie-t-elle et quand a-t-elle été utilisée pour la première fois ? Réponse.

Sens de la locution

On dit d’une personne qu’elle n’en fait qu’à sa tête pour indiquer qu’elle n’agit que selon sa fantaisie. Même quand on lui donne des conseils, des consignes à suivre, elle ne les prend pas en compte.

Étymologie de l’expression « n’en faire qu’à sa tête »

La locution est signalée dans sa forme actuelle pour être utilisée pour la première fois au XVe siècle. Mais elle fut employée à travers une autre tournure bien avant cette époque. En effet, c’est la forme « faire de sa teste » qui était en usage. Celle-ci signifiait précisément « se déterminer soi-même ». Comme on peut le remarquer, cette formule ne contenait pas encore la méprise de bons conseils attachée au sémantisme de « n’en faire qu’à sa tête ». On peut la rapprocher avec cette autre locution : « en faire à sa guise », avec laquelle elle a un lien de synonymie.

Un exemple d’emploi

Dans la pièce de théâtre Le Sexe faible d’Édouard Bourdet, on rencontre une belle illustration de notre expression. Voici le dialogue où se trouve utilisée la locution :

« Jimmy : Je ne pouvais pas prévoir que nous allions tomber là-bas sur le Francesco aux aguets ! Isabelle : Mais le Francesco n’aurait pas compté si tu étais resté comme je le voulais ! Tu n’en fais jamais qu’à ta tête ! Tu vois le résultat ? »

Apparemment, n’en faire qu’à sa tête ne rapporte, on dirait bien, que des déconvenues.

0

Ne ratez pas

10 astuces les plus efficaces pour l’apprentissage de l’anglais

publié le 3 mai

L'anglais est l'une des langues les plus utilisées au monde. Savoir parler couramment ouvre de nombreuses portes dans le monde professionnel, pour vo...

voir plus

Pourquoi faire appel à un service de traduction professionnel ?

publié le 28 janvier

Aujourd'hui, de plus en plus d’entreprises sont internationales. Cette ouverture sur le monde les conduit à travailler avec différentes cultures e...

voir plus

Couper la poire en deux : origines et signification

publié le 20 octobre

Même si le contenu sémantique de cette locution verbale n’est pas un secret pour vous, il n’est pas certain que vous maîtrisez son origine. On ...

voir plus